La Photo Dominicale #7

Ma Wii était bien rangée dans son carton d'origine, avec les emballages plastiques d'origines, tous les éléments en place comme quand je les aies déballés il y a 2 ans. A défaut d'être Hardcore Gamer, je suis sans doute Hardcore Emballeur de trucs importants (en gros j'emballe nickel les consoles, ordinateurs, disques durs externes, matériel informatique divers, gonzesses...). En tout cas, la console attendait son grand retour triomphal dans un appart décoré avec goût (de rat mort séché). Mais le destin en a voulu autrement. C'était compter sans Muramasa. Je ne m'étalerais pas sur ce jeu qui me donnait envie de baver avant même de jouer. Oui c'est le genre de jeu qui te fait oublier de ravaler ta salive, t'as clairement pas le temps, t'as des mobs à cisailler à coups de combos de sabre meutriers, le tout dans un décor vraiment sublime. Ou alors tu prends un bain dans les sources chaudes au choix. Bref. Test, test et test. Et dessin, parce que, merde, c'est quand même dimanche ! 🙂

oboro muramasa by ~simosi on deviantART

4 commentaires to “La Photo Dominicale #7”

  1. Marius dit :

    Euh décors sublimes faudrait pas exagérer, c’est de la Wii quand même…

    • NegroTruc dit :

      Et bien si, je persiste. Ce sont des décors simplistes mais loin d’être enfantin. Vraiment, à chaque fois que j’arrive dans un nouveau décor (et ça arrive régulièrement en plus), je ne suis jamais déçu. C’est de la 2D mais avec plusieurs plans, ça donne une vraie impression de profondeur, de mouvement. Sans déconner, Wii ou pas, c’est vachement sympa. Et même si le jeu demande des fois d’aller chercher un truc super loin, et bien le paysage rend le voyage plus agréable. 8 heures de jeu depuis hier soir, et je m’en lasse pas. J’ai découvert l’Enfer à l’instant, et putain, ça claque.
      Et je ne suis pas le seul à aimer : (tiré de Gamekult)

      Sublime, magique, envoûtante, la réalisation repousse encore plus loin les frontières en matière de 2D, avec des sprites gigantesques, détaillés et superbement animés. Il suffit de voir la palette d’expressions des héros, leurs petits regards complices adressés au joueur, pour prendre la mesure du travail accompli. De l’orfèvrerie, ni plus ni moins. La performance est d’autant plus remarquable qu’elle n’accuse jamais la moindre faute de goût, ni le moindre problème de rythme.

  2. Sabrina dit :

    Que c’est beau ou pas, c’est pas la question, on s’en fou.
    Par contre : « J’emballe nickel […] les gonzesses » NOMEHO !!!! Pourquoi il y a un S ? C’est qui les autres? Est ce que c’est Richard réalisateur du meurtre à la petite cuillère ? Ouais j’tai à l’œil !

Laisser un commentaire