A poil !

La campagne s'enflamme pour un rien...
Ca fait 20 ans maintenant que j'essaye d'expliquer aux personnes "de la ville", que chez moi, dans ma cambrousse, c'est peut-être paumé, mais les gens ne sont pas tous des ermites, alcooliques, rustres, analphabètes, xénophobes et quelques autres tares. Et ça fait aussi 20 ans que certains, tentent de me prouver qu'ils sont bien les campagnards de la caricature.
Dernier exemple en date : en ce moment même, il y a une exposition au bar "Le Moulin" de St Gouéno, un patelin près de chez moi. C'est l'exposition qui gène : treize personnes des alentours, hommes et femmes, des gens intégrés, de 30 à 40 ans, connus des gens du coin, ont posé nus devant l'objectif d'un photographe amateur, du coin également. J'ai laché le mot : "nus". Bien sûr, ce n'est pas du porno, c'est de l'art. De ce que j'en ai vu dans le journal, les photos sont des jeux de lumières avec les corps des treizes personnes. L'art, je l'avoue, c'est ma plus grande passion. Mais je trouve que les photos sont pas mal foutues. J'ai donc lu ça dans le journal, j'ai trouvé bien que la culture viennent directement dans la campagne par des ruraux (non non ruraux n'est pas un synonyme de ploucs jvous dit !). Mais certaines personnes sont d'avis contraire : "c'est débile, pourquoi ils se foutent à poil ?". Et ils sont nombreux à penser ça. Comme si l'art ne pouvait pas se développer dans nos campagnes.
L'initiative aura eu le mérite de secouer les pensées : non, les photos de nus, c'est pas de la pornographie, et non, l'art c'est pas forcément débile et uniquement pour "la ville". Cela va aider à faire évoluer certaines pensées. Je salue donc les participants au projet. L'exposition est visible au bar "Le Moulin" à St Gouéno (22) jusqu'au 31 décembre et reviendra en février. Au cas où certains seraient intéréssés, on ne sait jamais...
Pendant ce temps, le recteur se noie dans le vin de messe pour oublier la tragédie... ^^

PS : J'ouvre une rubrique "En direct d'un trou", pour entasser les quelques articles qui parlent de ma campagne et de ses mentalités. Histoire de ranger, même si vous vous en tamponnez l'oreille avec une babouche humide...

Commentaires fermés.